On m’a fait remarquer que je n’ai pas parlé de mon état de santé dans mon dernier billet. Merci de vous inquieter pour moi ! Je suis donc heureux de vous annoncer que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes depuis que je suis arrivé au Mexique, contrairement aux prédictions du médecin (« malade pendant quelques semaines et blablabla »). Tout ca n’était donc qu’un tres mauvais et tres long moment a passer, mais c’est reparti !

Lisa a decidé de passer le week end dans sa ville d’origine, Ensenada, a 1 heure d’ici. Je la suis volontier.

Le trajet à été plutot folklorique.Elle à trouvé un petit chien abandonné il y a une semaine, et n’a pas pu s’empecher de le garder. Elle l’a appelé Mona, parcque comme ca ca fait Mona Lisa ! On ne sait pas si c’est autorisé dans le bus, du coup il est caché dans le sac à dos. Ca couine au moment d’acheter les tickets, ca couine au moment du controle des tickets, ca couine dans le bus.On tousse fort.

Mona

Mona, qui galère à monter sur le lit

Contrairement a ce que je pensais ( et vous aussi j’en suis sur!), le bus était super classe. Bien plus classe que tous les autres que j’ai pu prendre aux USA. Enormement de place pour les pieds, des grands sieges, tout propre, et une boisson et un petit gateau a choisir à l’entrée. Le chien est si petit qu’il peut a peine sauter les marches d’un escalier, du coup on bloque notre compartiment avec les sacs a dos et commence a discuter dans mon magnifique espagnol. 5 minutes plus tard, notre voisin de derriere nous interromp avec une boule de poil blanche dans les mains « c’est à vous ca ? » Heuuuuuuu.

A Ensenada vivent sa mamie, son papy, sa maman, sa tante, et sa petite cousine, dans deux maisons l’une à coté de l’autre. Je goute encore une fois plein de trucs trop bon, preparé par la mamy.

mamie

La mamie !

Et puis on s’en va a l’anniverssaire du Papa de Lisa, qui vit un peu plus loin dans la meme ville. Il est vigneron, cette région du Mexique produit 90% du vin du pays. J’ai pu voir des mexicains avec des chapeau ( Pas des sombrero mais presque !) qui fument des cigares, YES ! Manquait plus que la moustache, pourtant c’est pas ce qui manque dans ce pays.



Et puis, mon espagnol, c’est plus que tendu, mais je me débrouille. J’apprend énormement et j’ai du mal a tout retenir, mais je sens que je suis sur la bonne voie ! A ce rythme la, dans un mois je suis capable de comprendre une blague mexicaine. Parcque jusqu’ici, je fais semblant de rire en meme temps que tout le monde.