J’arrive à Lima, j’arrive chez Jenny qui m’attend à l’aéroport. Jenny, elle s’est inscrite sur couchsurfing pour améliorer son anglais. Dommage, moi qui esperais ameliorer mon espagnol ! Du coup on se fait des conversation ou l’un parle en anglais, l’autre répond en espagnol. Et parfois en Spanglish.

Jenny et Moi, depuis le mirador qui donne sur la ville

Jenny et Moi, depuis le mirador qui donne sur la ville

Je passe de bons moments avec elle et sa famille, en fait, je me retrouve même à passer un dimanche en famille chez l’oncle. Au jeu ou on doit enlever des briques ( oui j’ai oublié le nom, aidez moi) sans tout faire tomber, je me suis fait battre en finale par la mamie, après avoir éliminé un par un tous les autres joueurs. La loose 🙁 . J’espere qu’un jour je pourrais rentrer en France sans que l’on me balance de trop gros cailloux.

Avant la finale, j'ai le sourire, je suis confiant. On sent la mamie concentrée

Avant la finale, j'ai le sourire, je suis confiant. On sent la mamie concentrée


Jenny m’a fait gouter le ceviche du coin aussi. Le ceviche, c’est l’une des spécialitées culinaires du pays. Du poisson cru mariné dans une sauce citron, oignon, avec du mais et autres variantes. C’est tres bon, et c’est aussi très dangereux pour l’estomac asceptisé d’européen. J’en avais gouté au Nicaragua, rien a voir, pour un bon ceviche, allez au Pérou !

Le ceviche peruvien

Le ceviche peruvien


Je pars prendre mon bus pour Aréquipa et je prend ma premiere claque paysagere du Pérou. Une raffinerie de pétrole enflamme la nuit d’une flamme gigantesque, puis au petit matin on traverse des paysages désertiques, des grandes falaises (encore l’un de ces moments ou  je me dis « mais bordel c est pas vrai on va tomber la !  » ), avec vu sur le pacifique et sur ses gros caillous. Puis, au détour d’un paysage tout jaune, on tombe sur une oasis de verdure. Je voyage à coté d’une mamie un peu folle, qui fait le signe de croix au démarrage du bus. Rassurant. J’ai beau lui répéter 4 fois que je suis de France, elle arrete pas de me poser des questions du genre « et vous alors c’est comment en Espagne ? » Avant de partir, il y a une question que j’imaginais pas que l’on me pose, c’est « quelle langue vous parlez en France ? » En fait, ca doit faire la cinquieme fois que je rencontre quelqu’un qui me demande ca. En tout cas, pour la mamie, je pense qu’elle n’a pas encore tout bien saisie, malgré mes explications.

"et vous mangez quoi en espagne ?"

"et vous mangez quoi en espagne ?"