Tout au nord ouest de la Malaisie, presque en Thailande meme, se trouve l’ile de Langkawi. Elle est accessible depuis plusieurs points, et pour nous ca sera depuis Penang/Georgetown.

Langkawi est presenté comme un petit paradis d’ile tropicale au sable fin blanc et a l’eau aussi pure que celle d’un ruisseau montagneux, mais plus chaud.

Le problème  c’est que tout le monde s’y donne rendez vous, et que du coup on perds pas mal le coté petite Ile desert. A la descente du (gros) bateau, et on se retrouve plus au milieu d’un espèce de resort géant, avec un faux KFC – mauvais en plus de ca – que dans un petit coin de Paradis.

Langkawi, c’est un de ces endroits ou malheureusement, je fais un peu mon blasé maintenant. A force de voir des iles paradisiaques, on devient difficile que voulez vous. Et celle ci se situe clairement en bas de l’échelle.
Alors en vrac, les petits singes qui boivent la bouteille de faux fanta d’un touriste (et il savent très bien tourner le bouchon pour ouvrir!), on rigole quand on voit ça mais on peut pas s’empêcher de se dire que y’a quand même un sacré problème.

On a quand même bien apprecié le coin. Louer des vélos sous un soleil de plomb, ça ressemble a une traversée du désert  et les stations d’essence ou y’a la clim sont nos oasis.

C’est aussi la bas que j’ai goûté pour la première fois a la tom yam soup. C’est une soupe thaïlandaise (oubliez pas, on est juste à coté) pimentée, du genre avec plein de trucs qui flottent dedans, on sait pas trop c’est quoi, mais c’est super bon!Probablement parce que c’était à la fin de la journée de vélo et que j’étais crevé, elle est restée ancrée dans mon esprit comme la meilleur tom yam de ma vie.

Langkawi, c’est aussi le dernier arrêt pour Florette qui repart vers la France à partir de la! Je continue mon petit bonhomme de chemin, avec la ferme idée en tête de me poser calmement sur une île plus tranquille que celle ci, et d’y faire de la plongée pendant quelques jours…

 

(encore une fois les photos viendront plus tard)