Me voila donc à Santiago, à attendre mon avion pour Sydney. L’autre, autre bout du monde.

Chaque fois que je mets les pieds dans un aéroport, c’est la même sensation. J’ai le sourire qui grimpe tout seul. J’adore l’ambiance.Jeter un oeil sur les passeports que les gens ont dans la main pour essayer de voir d’ou ils viennent, scruter la tableau des départs bourré de noms exotiques et de destinations qui me font rêver… ou qui maintenant me rappellent des souvenirs.

Voir tout le monde avec une valise. Quelle langue parle cette personne? D’ou vient cet équipage qui débarque? Ces énormes baies vitrées ou l’on peut observer tout ce qui se passe, avec une fourmilliere qui s’active à faire que tout ça fonctionne.

J’entend souvent les gens se plaindre de l’aéroport, dire que c’est la corvée.Moi je suis toujours excité à l’idée de prendre l’avion. Peut être que c’est parcque je ne l’ai pas pris tant de fois que ça dans ma vie, ou que j’arrive généralement à bien dormir dans les transports.

Mettre les pieds dans cette boite magique et attendre la quasi-téléportation, c’est tellement symbolique. Sentir les vibrations du décollage, trifouiller le petit écran sur le siege en regardant la carte qui avance, attendre mon petit plateau repas généralement pas très bon mais qui donne un avant gout, c’est le cas de le dire, de la destination. Tout ça fait partie des petits plaisirs que me procurent les aéroports.

Et même si les files d’attentes et les heures d’attentes ne me font pas particulierement rêver, l’excitation de découvrir une nouvelle destination me fait déja planer.

Welcome aboard.

santiago sydney

santiago sydney