San Francisco restera une grosse frustration pour moi. J’y suis resté  plus de deux semaines, non pas car je m’y amusais beaucoup , mais parcque je suis tombé malade le 2em jour.

Du coup, j’ai quand même écrit des bouts des trucs non finis,  un peu éclatés, sur mon PC, sur des fichiers textes, sur des carnets etc, je vais essayer de recoler des bouts un peu partout ici, mais ca n’aura peut etre pas trop de sens, en tout cas chronologique.Avec un peu de chance, je ferais des raccords parfaits, et vous n’y verrez rien.

Je suis toujours accompagné de Wolfy l’allemand rencontré à Las Vegas, et on arrive donc en couchsurfing chez Enrick,  véritable baton de dynamite de fabrication vietnamienne, on est ses premiers CS. Rien de très passionant la première journée, et le lendemain matin il nous annonce qu’il doit aller voir sa mere pour un ou 2 jours à Santa chaipaskwa à une heure d’ici. Toutes les villes en leur noms en Santa quelque chose ici !

Je lui fais comprendre gentiment que j’ai pas un planning super extensible non plus,(à la base,j’avais prévu de repartir le 1er Novembre, après Halloween) et que donc je vais trouver un hébèrgement ailleurs pour cette nuit et rester en ville pendant ce temps. Je me balade vite fait dans la ville, j’ai quand même le temps de voir le cable car ( le tram à l’ancienne qu’on voit dans tous les films/Jeux Vidéos sur SF) ainsi qu’un fou de dieu qui gueule dans la rue devant un travesti qui fait le signe de croix.


Et puis ensuite je vais voir Florent, covoitureur que j’avais rencontré en allant prendre mon avion pour Montréal le jour de mon départ. Il s’en sort bien, aime la ville et encore plus le couchsurfing depuis qu’il a essayé ! Et puis il s’en va, et je n’ai pas d’endroit ou dormir.Zut alors, je vais être obligé de payer l’hotel!  Ha non finalement, un gentil couchsurfeur m’accepte en dernière minute. Je me reveil le lendemain, vais prendre un petit dej au book store ou il y a du wifi gratis, et finalement commence à me sentir bien malade.

C’est le début de la traversée du desert qui commence pour moi. Je rentre chez Rick, passe une nuit en enfer, entre sueur et sueurs froides, je n’arrive pas à dormir mais je suis épuisé, et le pire de tout c’est qu’un nouveau coloc rentre toutes les 2 heures, rallume la lumiere, met la zic a fond, ca me pilonne le cerveau. Je ne vais pas leur dire de la fermer, je suis chez eux. Les prochaines nuits seront du meme niveau, pas mieux, pas moins bien, je bouffe rien ou presque, je passe ma nuit et ma journée dans le clic-clac, et je peste intérieurement sur cet appart rempli de fetards qui m’empêche un jour sur deux d’avoir le repos que j’aimerai. Le genre de moment ou je me dis « qu’est ce que j’étais heureux quand j’etais pas malade. »

Rick

Rick, comme plus d'un tiers des habitants de SF, est d'origine asiatique

J’attend avec impatience d’aller mieux mais les jours passent et passent et je ne vois pas d’amélioration. Au bout de quelques jours, mon corps me feinte parfois, je vais bien pendant quelques heures, fais même quelques petites sorties pour aller voir le Golden Gate ou utiliser la smartbox que l’on m’a offert avant mon départ de France ( J’ai finalement choisi la balade en bateau dans la baie de SF,  merci beaucoup tout le monde !).Mais c’est pour mieux me tataner sauvagement quelques heures plus tard. Je fais des genres de crises en fait, c’est pas beau à voir. D’ailleurs, j’ai arreté de me raser !

le pont vu du bateau

Le Golden Gate Bridge vu du bateau

les otaries du port de SF

Dans le port de SF, il y'a plein d'otaries qui trainent à quelques metres de nous. On pourrait même aller leur caresser les moustaches...

Dans l’histoire, je loupe les 20 ans gratuits de Ninja Tune avec Amon Tobin et Kid Koala.C’est peut être du Chinois pour vous, mais pour moi ca veut dire beaucoup.(lalala)

Je loupe les 2 soirées d’halloween (A la base, j’avais pourtant retardé ma date de départ pour ca), je loupe la victoire des Giants, l’équipe de Baseball pro, qui n’a rien gagné depuis 55 ans,  et la parade géante dans la ville qui s’en suit.Ha,et puis  je connais à peine les gens chez qui je dors.

Le temps passe et on est déjà le 3, Wolfy s’envole pour l’Argentine, et moi je suis toujours malade à crever, je dois faire quelque chose. Soit partir pour le Mexique en espérant que ca aille mieux, soit changer d’endroit ou dormir et aller voir un médecin, parcque la je ne peux pas continuer à simplement squatter chez les gens comme ca, sans leur parler quasiment, malade à crever. Je décide de passer un ou deux jours dans un hostel au hasard, même si c’est hyper cher ici, tant pis.

un signe du ciel

un signe du ciel... Il fallait que j'arrive ici avec la Ford Pinto...