Depuis que je suis parti, j’aime de plus en plus la rando. (j’imagine que cette phrase fait plaisir à mes parents!) J’avais donc décidé d’en faire une petite, dans les montagnes de Mendoza.

J’ai failli recruter un japonais qui traînait dans mon hostel, et qui se préparait pour aller affronter l’Aconcagua, le plus haut sommet des amériques,à quelques kms d’ici. Finalement le timing est trop court pour lui, et je m’attaque à ma propre montagne (ou colinne plutôt) en solo.

La rando en elle même n’est pas très difficile, mais sous 40° et avec zéro coin pour se mettre à l’ombre, c’est déjà autre chose.

Ca me rappel presque la Cappadoce en Turquie, des paysages très arides, limites lunaires.

 

Le chemin n’est pas bien balisé et je me perd même sur le retour. Je suis d’ailleurs à court d’eau sur la fin (mauvaise idée dans un lieu comme ça), pourtant je sais que je suis tout près de la sortie, je la vois d’en haut de ma montagne!

Finalement arrivé au bout du chemin, je tombe sur Armando et sa famille, des argentins venu passer l’après midi dans ce coin. J’engloutie la bouteille d’eau qu’il me donne, re-rempli ma propre bouteille avec son aide, une petite photo et voila déjà mon bus qui arrive. Dommage, j’aurais aimé rester un peu avec eux à discuter, mais je suis aussi bien content d’avoir un peu d’ombre et de repos avant de prendre mon transfert vers Valparaiso, au Chili.