Je suis avec Patrick, le francais rencontré à Palenque. La bonne nouvelle, c’est qu’il parle très bien espagnol, et que c’est un sacré gai luron. On passe environ 30 min dans la gare routière dans une situation plutôt inconfortable, tous ces gens au jeans trouées voient arriver les riches touristes avec leurs gros sac à dos, et je retrouve le syndrome du je me sens plus qu’a poil au milieu d’une église.On veut essayer d’aller camper a Tikal, même si on nous prévient qu’il y fait froid la nuit. Apres s’etre fait arnaquer (mais on en est conscient au moment de l’achat, c’est déjà ca) par l’agence de voyage qui accepte de nous y emmener, on monte dans la voiture de R, le chauffeur qui nous est assigné. Sa femme et ses filles sont dans le vans aussi. On fait les courses avec eux, et au fur et a mesure de la discussion, Patrick commence a déconner du style  » tu nous héberge ce soir? » La maison de R et M est sur le chemin de Tikal, à a peine 30 minutes. Une pause chez eux pour déposer la femme et les enfants, et finalement on se retrouve à rester dormir ! Le voila mon Pékin Express, rush raté jusqu’a Tikal pour voir le coucher de soleil (trop tard), qui se termine en soirée passionante chez un gars du coin ! Ca commence fort pour ma première nuit au Guatemala !

On partage le repas,qu’ils mangent a la main, je goute un nouveau fruit inconnu dont j’ai oublié le nom mais qui est toujours super bon, et R nous explique que dans le coin vivent parmis les serpents les plus dangereux de la planète. Quand on se fait mordre, comme l’un des voisins il y a peu, on a environ 30 min pour aller jusqu’à l’hôpital, sinon c’est la mort.

 

Patrick, M, R et 2 de leurs enfants, et moi
Patrick, M, R et 2 de leurs enfants, moi

 

R nous parle de ses 7 enfants. Deux vivent à Miami, illégalement. Ils nous raconte toute l’histoire, comment ils ont pris contact avec un coyote, la traversée du Mexique (Les guatémaltèques n’ont pas le droit d’aller au Mexique, il leur faut des papiers spéciaux pour rentrer sur le territoire, sauf certains Etats du sud. Ha ils peuvent critiquer les US ces mexicains!) et surtout , il nous raconte la traversée du désert, au sens propre, qu’ils ont du faire en 3 jours ) à pied. R a les larmes aux yeux en racontant ca, c’est très touchant, et je met un pied de plus dans la réalité du monde.Voir ca a la tv, c’est une chose, en parler avec quelqu’un directement concerné, c’en est une autre.

Et je me demande même si c’est très prudent de raconter ca sur un blog.

La « maison » de R est assez grande, mais les toilettes sont à l’ancienne,dans le jardin, et à la sèche. Et non, ca n’est pas par conscience écolo, ca c’est sur. En allant chercher les toilettes en pleine nuit, les bruits d’animaux me rappellent direct les histoires de serpent. Clairement, il y a un truc qui bouge à quelques mètres devant moi. Bon, hein, un ptit pipi et retour au lit !

Par contre, et c’est la le truc incroyable, la sœur de Maria, qui vit dans la maison et est absente pour quelques jours, a une clef 3G ! C’est bien l’un des endroit ou je pensais trouver internet ! Au passage, je me dis que dans quelques année voyager sera bien plus simple, à grand coup de smartphones qui peuvent se connecter de n’importe ou sans payer des sommes folles.

Patrick et moi, on montre nos maison respectives avec google street view. Ils trouvent ca incroyable. On leur montre la maison de leur enfants à Miami, ils n’ont jamais pu y aller. Je pense que ca leur a fait très plaisir. Et on repart le lendemain matin pour Tikal.