Elle travaille ici, à faire un peu de tout, ranger le linge, préparer le ptit déj’, etc.

Rozina, c’est un peu ma deuxième maman. Elle me dit de ranger ma chambre, elle me fait des bons ptit plats. D’ailleurs la cuisine, c’est sa passion. C’est fou, elle est du genre à transformer des pâtes en plat de grand chef. J’ai toujours eu l’impression qu’on pouvait pas faire de la bonne bouffe quand on avait pas les bons outils. C’est faux, Rozina, même avec la cuisine pourrave de l’hotel, elle te fais des trucs qui pourraient sortir de chez Joel Robuchon.

Rozina parle seulement portugais. Et elle est pas du genre à faire des efforts pour se faire comprendre.Elle répétera plus fort oui, mais pas plus lentement. Du coup je m’adapte, et mine de rien j’arrive de mieux en mieux à la comprendre! Elle à du mal à prononcer mon prénom, du coup elle m’appelle Julie. Je lui ai quand même expliqué que c’est un prénom de nana et que ça me vexe un peu! Rien à faire.

Un jour, elle boudait. Et ben ça faisait bizarre, l’hostel était très calme. C’est qu’elle met l’ambiance mine de rien.

Rozina, c’est le genre de personne à qui je voudrais bien payer un passeport et un billet d’avion. J’aimerai la sortir de son pays, une fois dans sa vie, parcqu’elle n’a jamais eu la chance de voir autre chose que le Brésil, Parcque elle n’a qu’une vague idée de la différence entre les Etats-Unis, la France et L’Australie. Parcque je voudrais qu’elle ai des vacances, pour une fois.Parcqu’elle le mérite surement.