C’était pourtant mal parti. La gare routiere de Rio de Janeiro n’est pas la plus accueillante du pays, ça c’est sur. Le jour ou je suis arrivé, vers six heures du matin, je m’étais dis que j’allais attendre un peu en arrivant, histoire de ne pas sonner chez mon hote couchsurfing avant le lever du soleil.

Premiere constatation, il n’y à pas de métro relié à la gare. Le coin est rempli de mendiants qui ont tous l’air plus effrayants sympas les uns que les autres, il n’y à rien qui permet de s’en sortir avec les bus si on connais pas et qu’on parle très mal la langue, et j’ai pas très envie de jouer à l’aventurier dans une ville inconnue comme ca. Je passe un bon moment à somnoler et regarder les nanas du taxi qui essayent d’achalander les gringo qui débarquent, et puis je me lance.

On me déleste de 20 R$, et me pose les fesses dans une de ces voitures jaunes, la course contre la montre à apparement commencé. Enfin, c’est ce que devait surement se dire mon chauffeur, vu comment il conduit comme un fou. Je remarque d’autres mendiants en short qui dorment sur le terre plein au milieu de la route.

Bon, et ben ca à l’air cool Rio hein. La suite >