Kyaukme, dans l’état du Shan, tout au nord de la Birmanie. Je me suis laissé traîner dans ce coin par Jaime, l’un des espagnols que j’accompagne. Il m’a demandé si j’aimais la rando. Si je voulais les accompagner à marcher dans les montagnes. Une amie a lui venu il y’a quelques mois lui à parlé de cet endroit, apparemment exceptionnel. Bon. Ben c’est parti.

Après plusieurs looooongues heures de bus avec un conducteur qui se fait un plaisir de mettre la musique à fond en pleine nuit, on arrive donc dans cette petite ville au Nord Est de la Birmanie. Ici, les gens parlent une langue différente, ont des traditions différentes. Ce ne sont plus tout à fait les mêmes birmans. Mais c’est toujours aussi poussiéreux cela dit.

Je rencontre par hasard un français à l’hôtel. Le genre de mec un peu perché, moitié mafioso, moitié fou. La quarantaine, mal rasé, clope sur clope. Je commence à me dire que je suis dans un film quand il m’explique qu’il est venu ici pour les mines de diamants. Qu’il y’a un paquet de pognon à se faire ici en les revendant en France. Que c’est pas facile d’y accéder, mais que « en Birmanie tout est possible. » Je lui demande si c’est pas un peu illégal ? Et c’est la qu’il commence à me détailler comment cacher les diamants dans des tubes de dentifrices pour passer la douane. Ouaip, il est pas venu pour la rando lui.

On fait aussi la connaissance de notre « guide » à l’hôtel. Il répond au doux nom de « Moe Set ». Il est jeune, et la rando, c’est en fait le chemin qu’il prend quand il va voir la famille. Il nous explique qu’il va falloir louer une mobylette, et les grandes étapes pour les deux prochains jours.

Jaime, Moe Set (notre guide), moi, et deux voisines venues voir ce qui se passe

Jaime, Moe Set (notre guide), moi, et deux voisines venues voir ce qui se passe

Le lendemain matin, on commence par un petit déjeuner chez les parents de Moe Set. Des genres d’éponges… c’est pas mauvais. Et puis c’est parti. Jaime conduit sa pétoire avec sa sœur à l’arrière, moi je suis sur celle de Moe Set. On traverse déjà des coins sympa. Plusieurs pauses photos. Et on commence la marche.

Je fais semblant de savoir ce que je fais

Je fais semblant de savoir ce que je fais

Rien de bien violent, mais la chaleur se fait sentir. On traverse plein de petits villages de montagnes. Ce qui est drôle, c’est que Moe Set connait tout le monde. Du coup on s’arrête pour prendre le thé dans les différentes maisons. DANS CHAQUE VILLAGE !

hello! Vous avez bien le temps pour une tasse de thé!

hello! Vous avez bien le temps pour une tasse de thé!

On arrive dans un village qui est un peu plus grand que les autres. Ici, il y’a une école. Les gamins apprennent même l’anglais. Ils nous regardent tous avec de grand yeux. On sent qu’ils ne voient pas souvent d’étrangers. C’est un moment un peu magique. Des dizaines d’enfants autour de nous, à la fois super timides mais aussi très curieux de nous voir. On s’improvise prof d’anglais. Et on passe un long moment à prendre des photos avec eux, avant de reprendre la route. Alors autant le trek en lui même était pas ouf, mais ce passage dans l’école, c’est le genre de choses qui restera gravé en moi (ouais c’est cliché gnagna, et je vous emmerde!)

sympa comme cadre pour une école

sympa comme cadre pour une école

Le prof en action

Le prof en action

avec ca vous aurez même de quoi apprendre l'alphabet birman

avec ca vous aurez même de quoi apprendre l’alphabet birman

lui, c'était le marrant du groupe

lui, c’était le marrant du groupe

portrait 4

portrait 4

En chemin, on croise quelques mamies avec parfois des sacs énormes sur le dos. Bonjour.

Enfin arrivé au village final, c’est l’heure du repos, et du repas. Moe Set nous explique qu’il y’a un cinéma dans ce village. Pardon? Un ciné? Oui oui. Vérification faite, il s’agit d’une vielle tv de la taille d’un écran pc (et encore, pas un grand!), posée dans une salle avec des bancs. Tout le village s’est réuni ce soir pour regarder un film chinois (apparemment leur langue en est très proche dans cette région de la Birmanie).C’est sympa, mais au bout de 10 minutes, on décide de s’éloigner pour aller admirer le coucher de soleil depuis le temple du village.

On passe par plein de petits villages

On passe par plein de petits villages

Je ne sais pas si c’est ça le vrai monde, en tout cas, ici c’est un autre monde, ça c’est sur.