Il y’a un an, c’était le début de mon voyage. J’ai commencé par un covoiturage de Nantes jusqu’à Paris, et j’ai posé mes fesses dans un aller simple Paris-Montréal. Mine de rien, j’ai jamais été aussi longtemps sans rentrer chez moi.

Quand je suis arrivé à l’aéroport Montréal-Trudeau, je crois que c’est la ou j’ai commencé à prendre conscience que j’étais tout seul, pour de vrai, et pour un moment.

Mélange d’excitation et de peur, ce sentiment de « Wow » Des cowboys à l’aéroport, le vent froid, le bus moche, une ville inconnue, ma langue natale avec un accent bizarre, mon premier couchsurfing du voyage, la poutine, tout ca quoi.

 

Un an plus tard, les choses ne se sont pas déroulées exactement comme prévue. Enfin si plus ou moins en fait, puisque j’avais prévu le coup en annonçant que je m’attendais à de l’imprévu muahahaha!

Non, ce que j’avais pas prévu par contre, c’est que j’en serais encore la. Je me disais que je serais déjà plus ou moins rentré un an plus tard, ou vraiment au pire sur la fin du voyage. Ca fait un an que je suis parti, je suis au Brésil.C’est à dire que j’ai même pas fait la moitié de mon itinéraire. Et à l’heure ou j’écris ça je n’ai vraiment aucune envie de rentrer en France. J’ai eu des ptits coups de mou, mes amis, ma famille, me manquent. Mais non, clairement, j’ai pas envie de m’arreter, je me sens bien à faire ce que je fais la.

 

En un an, j’ai vécu un paquet de trucs. Un PAQUET DE TRUCS.

 

J’ai gouté à la poutine, j’ai vu les chutes du Niagara (et c’était pas si cool), je me suis fait couper les cheveux sur le toit d’un appartement à New York (ca c’était cool), et j’y ai bu une vodka à l’huitre, J’ai vu la maison de barack, j’ai revu la Floride, ou j’avais travaillé 3 ans plus tot et je me suis un peu senti chez moi, j’y ai découvert les iles paradisiaques des florida keys.

Un avion plus tard, j’étais déguisé en homme cheval sur Las Vegas Boulevard. Ca m’a permis de prendre une grosse claque, celle du grand canyon. Et puis je suis passé vite fait à Los Angeles, y’avait un concert de Justin Bieber. J’ai été malade comme jamais à San Francisco, 15 jours sans quasiment jamais sortir de mon lit, et puis j’en ai eu marre alors quand j’ai commencé à me sentir mieux je suis parti vers Tijuana au Mexique, et mon bus s’est même pas arreté à la frontiere. La je me suis dit « ca y est ça déconne plus la,fini les vacances ».

J‘ai appris l’espagnol, avec Mona+Lisa entres autres. On m’a pris pour un trafficant, J’ai vu des trucs cools, j’ai mangé des machins sympas, j’ai appris à faire du guacamole, j’ai vu des canyons avec des australiennes et j’ai acheté un porte clef ridicule chez des gens qui s’étaient habillés en noir.

J’ai vu des ruines, et d’autres ruines, et quand je suis arrivé de l’autre coté de la frontière, au Guatemala, j’ai encore vu des ruines. Mais celles ci étaient vraiment waou. Et la soirée d’avant aussi.J’en ai profité pour faire une photo de fourmis qui portent une chips.

Et puis j’ai continué à faire des rencontres, à voir des lacs et des grottes de Batman, à grimper des volcans et à vivre des tremblements de terre au mileu de gros sandwiches, j’ai fait mon premier jour de surf à Noel, vu des dizaines de tortues pondre des oeufs (et je vous en ai jamais parlé sur le blog tiens!), pris des coups de soleil avec un gang de sourdes muettes au Panama, et je me suis envolé vers le Pérou ou j’ai rejoins mes parents, apres avoir voyagé à coté d’une mamie qui fait un peu peur.

Ca m’a fait du bien de retrouver un peu de confort, des douches chaudes et des bons repas.On à vu le plus grand canyon du monde, j’ai acheté des vetements ridicules et on a grimpé le machu Picchu. Puis on a cassé un bateau au Lac titikaka, navigué entre ciel et terre a Uyuni, joué avec de la dynamite, et ils sont repartis. J’ai eu un peu l’impression de repartir à zéro, à redire au revoir comme ça.

J’ai grimpé plus de 6000 metres de montagne, dans un décor, une ambiance dont je me souviendrais toujours, et puis j’en ai descendu 2000 et quelques à vélo. Et j’ai pris un train plein de moustiques vers le Brésil. Arrivé la bas, j’ai peché des piranhas et je les ai mangés. J’ai vu Sao Paulo, caipirinha, samba, brasileira mais tout ça n’était finalement qu’un aperçu de Rio de Janeiro, ou je suis arrivé pour le Carnaval.

 

J’avais decidé de m’arreter un peu à Rio, un peu au hasard en fait, j’aurais pu dire Buenos Aires ou Santiago. Le brésil ca m’attirai pas spécialement par rapport à d’autres pays.Quoique Rio ca en jette comme nom quand même.

Bref, je me suis dit ca va me permettre de souffler un peu, 3 mois, peut etre 6 grand max, histoire de connaitre la ville, d’apprendre la langue. Bon, ben ca va faire sept mois la, mais que voulez vous, quand on arrive dans la plus belle ville du monde, c’est pas facile d’en sortir. Surtout quand on voit vos status facebook et tweets de temps tout gris. Alors j’ai appris le portugais. J’ai quand même réussi à m’en aller quelques jours voir d’autres coins du pays, mais en revenant j’avais le sourire du type content de rentrer chez lui. Je me suis résolu à trouver une date de départ (plus ou moins), ca sera au alentours du 15 Octobre que je reprendrai mon sac à dos.

Il y’a encore tant à faire. Quand je pense que tout ca, c’était juste aux Amériques. Que la plupart des endroits ou je suis passé, j’ai envie d’y retourner, d’y passer plus de temps, de connaitre mieux.

J’avais quelques doutes avant de partir de France. Est ce que c’est pas un peu un choix à la con que tu fais la?

C’est probablement le meilleur choix que j’ai fait jusqu’ici. Je sais pas quand je rentrerai, mon compte en banque aura surement raison de moi avant ma motivation malheureusement. En attendant, je fais durer, et j’essayer d’ouvrir grand mes yeux.

 

Et puis dites vous que le meilleur dans toutes ces histoires, je le garde pour moi.