Depuis El Calafate, je remonte tranquillement vers le Nord de l’argentine. Je passe par Bariloche, pour beaucoup de gens « la suisse argentine » mais aussi la plus grande station de sport d’hivers d’amérique du sud. Dommage qu’on soit en plein été ici!

La ville à beaucoup souffert ces derniers mois. En France, on avait eu le volcan islandais qui nous avait chatouillé quelques semaines. Ici, ils ont un volcan Chilien qui crache des cendres depuis plusieurs mois. Et y’en a un paquet, aux alentours de la ville, c’est comme un brouillard perpétuel. On y voit pas à 5 mètres et tout est gris. A priori, ca va durer entre 2 et 3 ans. Autant dire que les argentins du coin ont un peu les nerfs contre les chiliens, surtout pour une ville qui vie du tourisme.

Avant Bariloche, je passe quelques jours à Néuquen. Les gens me regardent généralement bizarrement quand je leur dit que je vais la bas, étant donné le peu d’intérêt touristique du secteur. En fait, j’y ai prévu d’aller voir Manu Chao en concert 🙂 Sincèrement, si tu m’avait dit il y a quelques années que je le verrais un jour en Amérique du Sud, je t’aurais probablement pas cru, mais tu m’aurais fait réver.

Et ben c’est un rêve qui s’est réalisé.

En arrivant en argentine, je suis tombé au hasard sur une affiche, il se trouve qu’il fait une petite série de concert en Argentine. Du coup j’ai encore une fois fait appel a l’incroyable réseau de couchsurfeur, et hop, me voila avec un endroit ou dormir pour quelques jours, quelqu’un pour m’acheter et même m’avancer le prix du billet (jamais rencontrée cette personne hein, pour rappel), et des gens avec qui aller au concert!

Romina est super sympa, elle a deux chiens, un énorme, et l’autre qui fait environ la taille de tête du premier. Au milieu de tout ça, il y’a un chat tout poilu, et tout ce petit monde s’entend merveilleusement bien. On se refait un asado, le fameux barbecue argentin qui vous fait émerveille le palais même après en avoir mangé un kilo, avec la famille et les amis, et je goutte une fois de plus à la gentillesse argentine. Vraiment, on m’a accueilli ici comme si j’étais un ami de la famille depuis 20 ans.

J’ai pas pris de photo du concert. J’ai ouvert mes yeux et j’en ai profité. Je me suis demandé si j’aurais pu imaginer être dans un endroit comme ca quand je planifiais mon tour du monde. La réponse est non. Petit coucou au passage à mon frère Thierry qui m’avait fait découvrir Manu Chao il y’a déjà une bonne dizaine d’année! Merci.

Direction Mendoza, déjà ma dernière étape en argentine.